Galerie

Des violences policières lors des vœux aux élus locaux et régionaux

Voici un communiqué de presse du Collectif de Citoyens Angevins contre le Projet d’Aéroport de Notre Dame Des Landes qu’Attac 49 soutient.
Des violences policières lors de nos vœux
aux élus locaux et régionaux
 
Mardi 8 janvier 2013 à 18h
Musée de la tapisserie contemporaine Jean Lurçat
4 Boulevard Aragon à Angers
Le Collectif de Citoyens Angevins contre le Projet d’Aéroport de Notre Dame Des Landes a profité de la cérémonie des vœux, ce mardi 8 janvier 2013 pour adresser ses propres vœux à M. BEATSE, Maire d’Angers et Vice-président de la Région des Pays de la Loire ; mais aussi M. ANTONINI, Président d’Angers Loire Métropole, et M. AUXIETTE, Président de la Région des Pays de la Loire, tout deux présents.
Les messages que des opposant-es angevins à ce projet inutile, coûteux et destructeur ont adressés aux élus afin qu’ils puissent les prendre comme bonnes résolutions pour cette année 2013 sont :
« Pour 2013 : 4 milliards d’économies, non à l’aéroport »,  » Pour 2013: Pas de bitumes, mais des légumes »,
 » Pour 2013: à NDDL, seul le nombre des opposant-es va décoller »,  » Pour 2013: Une année sans violences policières »…
Depuis quelques semaines, ces responsables politiques co-signent des tribunes dans les médias faisant l’apologie de ce projet d’aéroport de Notre Dame Des Landes. Ils ont une responsabilité politique envers leurs citoyens, leurs électeurs. Nous leurs rappelons qu’ils doivent être garants de la voix de leurs citoyens toujours plus nombreux à s’élever contre ce projet.
Pour 2013, une des résolutions du Collectif de Citoyens Angevins contre le Projet d’Aéroport de Notre Dame Des Landes est d’être sur tous les fronts pour informer les Angevin(e)s, mais aussi interpeller nos élus politiques locaux, dans leurs déplacements, cérémonies…
Pendant cette action pacifiste, les opposant-es ont été malmenés par les forces de l’ordre. A la sortie, un barrage filtrant de la police nationale avait été mis en place afin de procéder à un contrôle d’identité. Pendant ce contrôle d’identité, deux apposants se sont fait violentés par bousculade et étranglement, et mis à l’écart du groupe. Ces opposants étudient une possibilité de recours juridique afin de dénoncer ces violences policières.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s